La croissance du marché de la musique accélérée par les SMART SPEAKERS

download

Les industries de la musique ont été transformées en profondeur ces dernières années. Le streaming a bouleversé les modèles économiques, mais aussi les stratégies de communication, marketing et promotionnelles. C’est un sujet qui me passionne et que j’avais déjà pris plaisir à développer sur ce blog dès 2015 notamment dans cet article
Une nouvelle révolution accompagne celle du streaming : l’avènement des enceintes connectées, encore appelées “Smart Speakers” comme évoqué en septembre 2017 ici.

Les enceintes connectées modifient la relation du consommateur à sa musique, quelque soient les différentes catégories de consommateurs de musique : des plus “fidèles” (aficionados) au plus “volages”. Elles permettent également d’attirer les “casual listeners” et les seniors conquis par la praticité de la reconnaissance vocale.
Ces smart speakers vont définitivement changer la donne et accélérer la croissance du marché de la musique, portée par l’insolente croissance du streaming.

L’histoire de la musique enregistrée est celle des inventions. Depuis le cylindre jusqu’au mp3 en passant par le vinyle et le CD, les  technologies ont toujours eu un impact sur le marché de la musique.
L’innovation technologique majeure de ce début de siècle est le streaming. La reconnaissance vocale et des enceintes connectées “intelligentes” en sont l’accélérateur.

L’enceinte connectée porte la croissance du streaming 

48% des détenteurs de smart speakers sont abonnés à un service de streaming, un des chiffres clés révélés dans une étude récente élaborée par le BPI (association regroupant l’ensemble des éditeurs phonographiques en Angleterre ) et ERA (Entertainment Retailers Association) que vous pouvez trouver ici.

Les Etats-Unis, premier marché mondial de la musique, donnent souvent le ton pour l’évolution du business de la musique. Il convient de regarder ce qui se passe là bas : Il s’est vendu plus de 20 Millions de smart speakers en 2017. Selon l’étude the SMART Audio Report produite par la radio nationale américaine NPR, 7% des Américains ont déjà un smart Speaker et 4% en ont eu un pour Noel. Cette étude montre que la musique est l’activité principale pour laquelle le consommateur utilise son smart speaker. A mettre en corrélation avec le nombre d’abonné à un service de streaming qui a augmenté de +56% en 2017 portant le nombre d’abonnés à 35 Millions aux Etats Unis.

Cette même étude prévoit que 55% des foyers américains possèderont un smart speaker en 2022.

La fin de la période “Mobile Roi” pour l’écoute de musique

En septembre 2017 une étude de l’IFPI ( l’Association mondiale des éditeurs phonographiques) montrait que le mobile était l’appareil sur lequel 90% des consommateurs abonnés à un service de musique écoutaient leur musique.
Les Smart Speakers vont mettre fin à cette suprématie, celle des fabricants de téléphone.

Plus besoin d’écran, le fan de musique peut piloter ses choix musicaux grâce à une commande vocale. Il se débarrasse ainsi de l’écran et de son mobile comme interface.
La relation entre son lecteur de musique et le consommateur devient plus fluide et plus intuitive.

Adieu les radios musicales ?

Ces appareils vont se démocratiser dans le foyer et la voiture qui restent les endroits de prédilection pour écouter de la musique et peuvent concurrencer directement les radios musicales.
Dans cette même étude BPI/ERA, 39% des détenteurs de smart speakers déclarent que le temps passé à écouter la radio est remplacé par le temps passé à écouter leur smart speaker.

La radio détrônée ? Pas pour tout de suite, mais les radios musicales ont du soucis à se faire….

GAFA et fabricants d’enceintes connectées

Le marché des enceintes connectées est un marché en pleine explosion.
Selon plusieurs études spécialisés, les ventes devraient se multiplier par 6 en 3 ans, comme on peut le voir sur cette infographie :

8ade55a4-8a83-4005-9d1b-129b14cac22f

Amazon avec son système de reconnaissance Alexa domine le marché actuellement avec plus de 70 % des ventes grâce à son Amazon Echo lancé en 2015.
Google est en train de rattraper sont retard sur ce marché. Avec son Google Home, en 2017, il multiplie par trois sa part de marché. Nul doute que sa part de marché va continuer à croitre grâce à sa capacité à exploiter le technologie Google, celle du moteur de recherche mais également l’apprentissage automatique par intelligence artificielle encore appelé “machine learning”.
L’arrivée d’Apple sur ce marché, avec le Home Pod devrait modifier les parts de marché de chacun. Les clients Apple ont pour habitude de privilégier les produits maison pour rester dans l’écosystème Apple.

En matière de musique, Amazon, Apple et Google ont une longueur d’avance car ils ont chacun un service de streaming musical qu’ils peuvent “bundliser” avec leur enceintes connectées.

Mais tous les fabricants d’électronique s’y mettent : Samsung (et son système de reconnaissance vocale Bixby) Panasonic et ses twin tower, JBL et ses JBL Link, LG, Sony etc…sans compter le pionnier du genre Sonos. Il semblerait que Spotify réfléchisse à lancer son propre smart speaker comme le révélait cet article dans Billboard.


CROISSANCE DU MARCHE DE LA MUSIQUE :  LES SMART SPEAKERS CHANGENT LA DONNE
En conclusion, le marché de la musique ne s’est jamais aussi bien porté et les smart speakers vont porter cette croissance de façon exponentielle. La deuxième révolution, après celle du streaming, c’est celle les smart speakers.

Advertisements

Quelle juste rémunération pour un artiste à l’ère numérique?

r-PRESSION-MARCHE-MORALE-large570

Sujet d’actualité puisque la commission conduite par Marc Schwartz et nommée par la Ministre de la Culture Fleur Pellerin, a annoncé hier qu’un accord a été trouvé pour un code de “bonnes conduites” sur la rémunération des artistes à l’ère numérique. Cet accord étant le fruit de longues discussions entre les producteurs, les représentants des artistes et les plateformes digitales. A noter cependant que l’Adami et la Spedidam – qui représentent les artistes interprètes – n’ont pas signé l’accord, et que les termes n’ont pas été rendus publics. Nous savons juste que “les acteurs de la filière musicale s’engagent mutuellement (…) pour un développement équilibré assurant une juste répartition des fruits des nouveaux modes de diffusion de la musique”, comme précisé le ministère de la Culture.

De nombreux artistes que je connais se plaignent de ne pas “gagner” assez avec leur revenus numériques. Etant moi-même, en plus de mes activités de conseil, producteur et éditeur, je dois régulièrement leur apporter des réponses à ces questions.

En général, la solution de facilité est de trouver un bouc émissaire. Il est de bon ton de pointer du doigt les services de streaming et leur piètre rémunération pour les ayants droits mais la réalité est un peu plus compliquée que ça.

Le Partage de la valeur :

Quand on examine partage de la valeur avec les plateformes de streaming, la répartition  y est assez proche du monde « physique » : Environ 60 à 63% revient au producteur – quand il est également distributeur- puis entre 10 et 13% à l’éditeur, il reste donc environ 25% pour le service de streaming pour financer les frais fixes – personnel, locaux – et variables -stockage, bande passante.

La marge pour un service de streaming reste limitée. En effet, si son modèle économique ne repose que sur la musique et l’abonnement, sa marge est beaucoup plus faible que celle des leaders mondiaux – Apple, Spotify, Google, Amazon – qui ne payent pas la TVA en France, ce qui peut leur dégager environ 15% de marge supplémentaire.

L’age de l’accès :

Expliquer le passage à l’age de l’accès revient à expliquer la différence entre la vente et la location. Quand je vends un produit je touche les revenus d’un coup. A l’inverse, en location les revenus s’étalent dans le temps. La vente d’un album physique s’étale sur un à douze mois dans le meilleur des cas. La vie d’un album en location s’étale ad vitam aeternam.

Le streaming est une disruption technologique. Nous ne pourrons plus revenir à ce que nous avons connu dans le passé. Mais nous ne sommes qu’à l’aube de cet age de l’accès. La France compte très peu d’abonnés ‘réels’ au services de streaming – environ 1 million – si on compare au nombre d’abonnés internet – 22 millions en France. Il convient de se projeter dans un marché de 10 ou 15 millions d’abonnés.

L’ambivalence :

Les artistes oublient souvent que, sur YouTube, ils sont rémunérés 10 fois moins que sur les services de streaming. Qui se plaint de YouTube ? Mais pourquoi les artistes ne se plaignent pas de SoundCloud puisqu’ils n’y sont, pour l’instant, pas rémunérés ? Ces deux plateformes sont considérées, comme des plateformes de “promotion”. Nous rentrons dans l’ambivalence : est ce que j’accepte de ne pas être “payé” pour faire ma promotion ?

Pouvoir de négociation et confiance:

La juste rémunération pour un artiste à l’ère digitale dépend de son pouvoir de négociation. Ce dernier est directement lié à son “attractivité”, sa capacité à etre unique, à développer un univers artistique fort, des chansons accrocheuses, un charisme magnétique, qui lui donnent une valeur unique et donc “marchande” et facilite ainsi le pouvoir de négociation pour la personne qui s’occupe de ses affaires – manager, avocat ou producteur indépendant.

Entre artiste et producteur s’établit une confiance dont la transparence est le garant. La transparence, c’est à dire la transparence dans les relevés de royalties du streaming, dans la juste répartition des avances et minima garantis par les services de streaming au producteurs. Le partage de la valeur donc…. Oui, la transparence est le garant de la confiance. En 2015, un modèle économique de rémunération des ayants droits ne peut être pérenne que s’il repose sur la transparence.

La question n’est pas comme les artistes me la pose souvent : “Puis je gagner ma vie à l’ère digitale si je ne suis ni David Guetta ni Taylor Swift ?” mais “Comment optimiser mes revenus et quel est le meilleur partenaire pour mon projet artistique ?”

Chaque jour des millions d’artistes uploadent leurs titres sur Soundcloud, des centaines de milliers sortent un EP ou un album sur les sites de streaming ou téléchargement. La compétition est très dure, extrèmement plus dure qu’avant. Dire le contraire serait mentir.

La juste rémunération pour un artiste c’est celle qu’il arrive à imposer dans ce marché complexe de la musique : un marché d’offre et non de demande.