CROISSANCE ET CHALLENGES DU STREAMING AUDIO

closeup iphone and earpods device on table

Le début de l’année 2020 est marqué encore une fois par la parution les chiffres de croissance du marché de la musique. Comme chaque année depuis trois ans, ces chiffres sont impressionnants.
En 2019, aux Etats Unis, pour la troisième année consécutive le marché marque une croissance à deux chiffres soit +13,5% dopé par le streaming qui croit de +32%.
Aux Etats Unis, le streaming représente déjà 85% de la consommation de musique.
Le Japon, 2e marché mondial de la musique devrait publier ses chiffres sous peu.
3e marché mondial : L’ Angleterre. Le marché anglais augmente de +7,1% et le streaming  par abonnement représente plus de 71% du marché. Tous les détails ici 
En France les chiffres du marché 2019 seront communiqué par le SNEP le 25 Février et j’y reviendrai sur le blog d’EMIC

 

LES CHALLENGES DES SERVICES DE STREAMING

Si les résultats et prévisions sont très encourageants, pour les artistes, ayants droits et distributeurs, les plateformes de streaming musical, elles, doivent faire face à plusieurs challenges. 
Spotify on iPhone 6

Changement de paradigme et de relations avec les ayants droits

Le streaming c’est à la fois une écoute ET une vente : Le streaming devient “RATAIL” (RADIO+RETAIL) est à la fois RADIO et RETAIL ce qui a des implications importantes. Dans l’ancien monde, les passages radios faisaient accroitre la notoriété de l’artiste et provoquaient la demande et donc les ventes. Dans le monde du streaming c’est tout à la fois. Pour les plateformes de streaming ce n’est pas un problème car leur ressources humaines et financières sont toutes focalisées sur l’acquisition et la rétention client, mais pour les artistes et les labels, cela change complètement les approches de stratégie marketing et développement d’artiste. Le passage du modèle de la possession au modèle de l’accès a du remettre en cause toutes les stratégies marketing, pour basculer le “push marketing” vers du “pull marketing” comme déjà évoqué sur ce blog dès 2015.

Combattre dans l’économie de l’attention.

Avec internet et l’accès illimité aux contenus de divertissements nait, il y a une petite vingtaine d’année, “l’économie de l’attention” qui définit l’attention du consommateur comme une ressource rare comme le décrivait Yves Citton dans son ouvrage “L’économie de l’attention”
Une journée étant limitée à 24 heures, chaque minute de “consommation” est, désormais, “prise” sur un temps pour faire autre chose. Il n’y a plus de temps libre à conquérir si ce n’est le sommeil. “Mon principal concurrent, c’est le sommeil” déclarait Reed Hastings, co-fondateur et CEO de NETFLIX dès en 2017 dans une interview au Guardian. 
Les services de streaming musical doivent combattre dans cet environnement, dans un marché de l’attention face aux géants comme Facebook, Netflix, Google (Youtube), Microsoft (Xbox notamment), mais aussi Steam, Snap, TikTok et toutes les nouvelles plateformes d’entertainment, sans oublier les médias qui se battent pour gagner chaque minute d’attention du public ou « temps de cerveau humain disponible », selon l’expression celèbre formulée en 2004 par Patrick Le Lay, alors président-directeur général du groupe TF1.
Le marché de l'”attention audio” est arrivé à saturation. La radio perd des “part de marché d’audience”. Comment faire la différence ?
Jimmy Iovine, grand personnage de l’industrie musicale, déclarait récemment au New York Times: “the streaming music services are utilities — they’re all the same. Look at what’s working in video. Disney has nothing but original stuff. Netflix has tons of original stuff. But the music streaming services are all the same, and that’s a problem.

Comment se différencier ?

Une première différenciation est apparue il y a quelques années sur la qualité audio. Ainsi Tidal et qobuz propose une qualité supérieure depuis quelques années mais c’est désormais le cas pour Amazon avec Amazon HD et Deezer avec Deezer Hi Fi
Une différenciation par le mode d’utilisation me semble manquer cruellement. Le couplage Abonnement d’un mois / 1 niveau de prix (9,99€ pour le standard et 19,99€ pour le haut de gamme) m’apparait trop restrictif, même si certains acteurs adresse désormais la famille avec une offre un peu plus chère pour 6 comptes,
Je constate que seul Amazon a cinq niveaux de différenciation prix, en segmentant par l’usage ET le prix :
Un premier niveau gratuit pour les utilisateurs d’Alexa qui peuvent streamer des “radios” ou des playlists conçues par Amazon Music
Un deuxième niveau pour les membres Amazon Prime (49€ par an en France) qui ont accès gratuitement à 2 millions de titres
Un troisième niveau “Echo Plan” pour ceux qui possèdent une enceinte connectée Echo, l’abonnement Amazon Music ne leur coûte que 3,99€ mais leur écoute n’est possible que via leur enceinte.
Un quatrième niveau assez “standard” avec un abonnement musique illimité (Amazon Music Unlimited) pour 9,99€ mais avec un prix réduit à 7,99€ pour les abonnés prime
et toujours un cinquième niveau de prix pour les offres famille
Autres axes de différenciation  : Les contenus personnalisés, l’éditorial, et le “boom” du podcast en est la preuve. Spotify et Deezer investissent massivement sur le podcast quand qobuz mise sur l’éditorial. J’y reviendrai prochainement sur ce blog. Une cartographie du podcast se trouve ici, témoignage de la bonne croissance de ce segment.
Il me semble que la préservation des données personnelles devrait être un axe de différenciation. Personnellement je n’ai aucune visibilité de l’utilisation de mes données personnelles… “Privacy” le nouveau positionnement ?

Marge et rentabilité.

Le plus grand challenge reste la rentabilité. Comme déjà développé sur ce blog en 2016 : sur un abonnement à 9,99€ si on enlève la TVA et le reversement aux ayants droits (recording et publishing), il reste un peu plus de 2€ par abonné pour pouvoir absorber les frais fixes ( dont les frais techniques et les frais de personnel) et faire le marketing et l’acquisition client. Compte tenu du fait que le modèle économique est proportionnel et basé sur pourcentage des revenus, le taux de marge reste identique à l’inverse des modèles comme Netflix et Disney + ou le modèle de rémunération des ayants droits n’est pas proportionnel. Ainsi plus Netflix élargit sa base client et plus son taux de marge augmente.

 

Le streaming audio a de belles années devant lui.

Selon une étude de Goldman Sachs d’ici 2030, 1,15 millards de personnes dans le monde seront abonnés à un service de streaming. Mais, dans un environnement de la guerre de l’attention, les services de streaming doivent trouver leur positionnement et leur axe de différenciation mais aussi une meilleur marge pour survivre.

Apple music : la reconquête.

missiles-nord-sud-

 

Comme annoncé sur ce blog le 21 mai https://danielfindikian.com/2015/05/21/musique-numerique-la-fin-des-invasions-barbares/ Apple a déclaré la guerre aux “barbares” et a placé ses ogives nucléaires en direction de Spotify, YouTube et Soundcloud.
Contrairement a beaucoup de commentateurs, je ne suis pas déçu par cette annonce d’arrivée sur le streaming.

J’en retiens trois choses :

LE FOYER NUMERIQUE et LE STREAMING COMME MARCHE DE MASSE
En lançant un abonnement “family pack” défiant toute concurrence – 15$ pour 6 accounts dans une meme famille – Tim Cook s’inscrit dans la vision de Steve jobs du ‘foyer numérique’ (cf l’excellente biographie écrite par Walter Isaacson)
Avec 500 millions de cartes de crédit en base et grace au “family pack”, Apple a toutes les armes pour faire de l’abonnement streaming un produit familial, un marché de masse.

HUMAN vs MACHINE ? RADIO AFTER ALL
Souvent abordé sur ce blog https://danielfindikian.com/2014/04/11/contre-la-tyrannie-du-choix-robots-vs-humains/ deux écoles pour recommander à l’internaute la musique : des algorithmes ou une équipe éditoriale.
Dans le combat stratégique pour la recommandation musicale que se livrent les plateformes de streaming, et face à la tyrannie du choix, Apple a choisi la recommandation humaine : “the most talented music experts from around the world, dedicated to creating the perfect playlists based on your preferences”
Mais, Tim Cook va plus loin en mettant la radio au centre du modèle “freemium” : il lance la radio Beats 1 avec une dose de “social” et débauche les meilleurs Djs ( Zane Lowe de Radio 1). Il remet donc la main sur la découverte et ses chars en direction de Sirius FM, Pandora et toutes les KCRW. Fort à parier que Beats 1 pourrait devenir incontournable, comme MTV au siècle dernier. A la différence près, que la distribution et la monétisation y sont désormais intégrées.
Une belle vidéo explicative :

 

 

UNE PLATEFORME GLOBALE
Apple music veut aller plus loin et devenir le “système d’exploitation de la musique” – l’iOs de la musique – en intégrant les videos ( un missile en direction de YouTube ) ainsi que “connect”( une ogive en direction de Soundcloud ) “artists can share lyrics, backstage photos, videos or even release their latest song directly to fans directly from their iPhone. Fans can comment on or like anything an artist has posted, and share it via Messages, Facebook, Twitter and email”.
Sur ce point, je suis un peu plus sceptique : tenter de rivaliser avec les outils qu’utilisent désormais des millions d’artistes du monde entier – de Soundcloud à Instagram en passant par Bandcamp- n’est pas une mince affaire.”Connect” aura t il autant de succès que PING ?

Apple music reprend donc la main et réaffirme son objectif : Etre le “système d’exploitation de la musique” et séduire 100 millions d’utilisateurs. Rendez-vous dans quelques mois pour analyser les premiers résultats.