Talking ’bout my generation ( Courtesy of The Who )

Young fans of Elvis Presley are trying to get closer to their hero when he arrived in Bremerhaven on Oct. 1, 1958. The military police is hindering the people in breaking the barricades. Presley came to Germany on the occasion of his Army service which he will spend at Friedberg in the Wetterau near Frankfurt am Main. (10/01/1958)(AP Photo/Brueg)

Désormais, les personnalités charismatiques les plus connues – et qui déchainent des phénomènes de “fanitude” adolescente – ne viennent plus du monde de la musique.
La musique est une commodité, plus un élément distinctif d’une génération.
Meme constatation pour la génération actuelle, étiquetée – par facilité – “génération YouTube” ?

Quels sont les éléments distinctifs de la “génération YouTube” ? Comment trouver les ressorts pour y développer des nouveaux artistes ?

Si vous réfléchissez à ces questions, que vous avez des convictions, et que vous aimez enseigner et transmettre un savoir-faire, c’est avec plaisir que je vous accueille dans mon équipe pédagogique pour la rentrée 2016 de mon MBA Production Musicale et Développement d’artiste.

Adolescent dans les années 80, la musique a été un “marqueur” identitaire. Mon identité musicale a été constitutive de ma personnalité, m’a permis de me dissocier de la génération précédente, parce que la musique était centrale dans ce qui définissait ma génération.
La musique me permettait de rendre visible – et meme sonore ! – mon identité au sein du groupe social.
Ce n’est plus le cas.
La constitution des “tribus” ( punk, indie, hip hop, goth, grunge etc ) et l’opposition des “tribus” permettaient de se définir et de s’opposer entre jeunes d’une meme génération. Elles permettaient également de s’opposer à la génération d’avant.
Etre punk en 1977 c’était s’opposer à la génération d’avant et au rock mainstream des années 70s, Genesis, Led Zeppelin et autres Pink Floyd … Il n’y avait que peu d’autres vecteurs pour s’opposer. Certes, on pouvait se définir par rapport au cinéma ou à la lecture mais à part ça peu d’autres façons de se définir, car tout ça se passait avant internet.

Les “stars” nouvelles ne viennent plus de la musique, meme plus d'”Hollywood”. Ces nouvelles stars, c’est YouTube qui les enfante. Et leur noms ne vous diront rien si vous avez plus de trente ans, tout comme, dans les années 80, mes parents n’avaient jamais entendu parler des Smiths, de Cure ou de Nirvana – pour prendre un exemple des années 90 – alors qu’ils étaient adorés par une génération entière.

Aux Etats-Unis, une étude faite par Variety montre que, dans  le TOP 10 des stars les plus populaires sur les 13-17 ans, les cinq premières sont des YouTubers. Les chaines YouTube de PewDiePie – star chez les fans de jeu vidéo – avec ses 41,6 millions d’abonnés et HolaSoyGerman – humoriste – avec ses 26 millions d’abonnés sont loin devant les mega stars mondiales de la musique chez les moins de 25 ans soit One Direction avec “seulement” 18,5 millions d’abonnés ou Taylor Swift avec ses 17,8 millions d’abonnés.
“if you can’t beat them, buy them” : Les studios ne s’y sont pas trompés puisqu’ils rachètent les sociétés spécialisées sur YouTube qui créent et “curent” les contenus comme par exemple Maker rachetée 500 M$ par Disney l’année dernière.
Il en est de meme en France : Cyprien avec ses 8,5 millions d’abonnés et Norman avec ses 7 millions d’abonnés sont loin devant Maitre Gims – 2 millions – ; Stromae – 1,8 millions d’abonnés – ou Kendji Girac 875 000 abonnés.

La musique ne serait donc plus l’élément distinctif d’une “génération”. Mes étudiants qui ont tous entre 21 et 24 ans, n’en sont guère étonnés. D’ailleurs, lorsqu’ils travaillent sur des cas pratiques marketing de développement d’artiste, ils en tiennent naturellement compte. Ils sont déjà les “vieux” de cette génération YouTube mais la connaissent bien, et intuitivement en perçoivent les fondements et les ambiguïtés.
La difficulté de développer un artiste dans ce contexte, ils l’ont bien compris.

Avec mon équipe pédagogique, il s’agit de les aider à formuler et conceptualiser ce qu’ils comprennent intuitivement de cette génération YouTube. Mon objectif : en faire des professionnels opérationnels qui trouvent les moyens d’agir pour développer un nouvel artiste dans dans ce contexte de la “génération YouTube”.

La musique n’est peut être plus le “marqueur” d’une génération mais ces jeunes là veulent quand meme travailler dans l’industrie de la musique, pour faire de leur passion leur métier. Il y a encore “plein de choses à faire” me disent-ils… il reste “les vieux” ajoutent -ils en riant ….ceux qui sont d’une génération pour laquelle la musique est fédératrice. Pour les ventes de disques, les ventes record du dernier album d’ADELE le prouvent. Pour les concerts, force est de constater que les artistes qui remplissent les stades sont les “stars” de vieux : U2, Madonna, …voire meme de très vieux : Stones, Johnny Hallyday…

La musique demeure importante pour le lien sociétal mais plus l’unique ingrédient du ciment d’une génération. Elle n’en reste pas moins vecteur d’émotion, de plaisir, de partage et de divertissement.

Advertisements

Quelle juste rémunération pour un artiste à l’ère numérique?

r-PRESSION-MARCHE-MORALE-large570

Sujet d’actualité puisque la commission conduite par Marc Schwartz et nommée par la Ministre de la Culture Fleur Pellerin, a annoncé hier qu’un accord a été trouvé pour un code de “bonnes conduites” sur la rémunération des artistes à l’ère numérique. Cet accord étant le fruit de longues discussions entre les producteurs, les représentants des artistes et les plateformes digitales. A noter cependant que l’Adami et la Spedidam – qui représentent les artistes interprètes – n’ont pas signé l’accord, et que les termes n’ont pas été rendus publics. Nous savons juste que “les acteurs de la filière musicale s’engagent mutuellement (…) pour un développement équilibré assurant une juste répartition des fruits des nouveaux modes de diffusion de la musique”, comme précisé le ministère de la Culture.

De nombreux artistes que je connais se plaignent de ne pas “gagner” assez avec leur revenus numériques. Etant moi-même, en plus de mes activités de conseil, producteur et éditeur, je dois régulièrement leur apporter des réponses à ces questions.

En général, la solution de facilité est de trouver un bouc émissaire. Il est de bon ton de pointer du doigt les services de streaming et leur piètre rémunération pour les ayants droits mais la réalité est un peu plus compliquée que ça.

Le Partage de la valeur :

Quand on examine partage de la valeur avec les plateformes de streaming, la répartition  y est assez proche du monde « physique » : Environ 60 à 63% revient au producteur – quand il est également distributeur- puis entre 10 et 13% à l’éditeur, il reste donc environ 25% pour le service de streaming pour financer les frais fixes – personnel, locaux – et variables -stockage, bande passante.

La marge pour un service de streaming reste limitée. En effet, si son modèle économique ne repose que sur la musique et l’abonnement, sa marge est beaucoup plus faible que celle des leaders mondiaux – Apple, Spotify, Google, Amazon – qui ne payent pas la TVA en France, ce qui peut leur dégager environ 15% de marge supplémentaire.

L’age de l’accès :

Expliquer le passage à l’age de l’accès revient à expliquer la différence entre la vente et la location. Quand je vends un produit je touche les revenus d’un coup. A l’inverse, en location les revenus s’étalent dans le temps. La vente d’un album physique s’étale sur un à douze mois dans le meilleur des cas. La vie d’un album en location s’étale ad vitam aeternam.

Le streaming est une disruption technologique. Nous ne pourrons plus revenir à ce que nous avons connu dans le passé. Mais nous ne sommes qu’à l’aube de cet age de l’accès. La France compte très peu d’abonnés ‘réels’ au services de streaming – environ 1 million – si on compare au nombre d’abonnés internet – 22 millions en France. Il convient de se projeter dans un marché de 10 ou 15 millions d’abonnés.

L’ambivalence :

Les artistes oublient souvent que, sur YouTube, ils sont rémunérés 10 fois moins que sur les services de streaming. Qui se plaint de YouTube ? Mais pourquoi les artistes ne se plaignent pas de SoundCloud puisqu’ils n’y sont, pour l’instant, pas rémunérés ? Ces deux plateformes sont considérées, comme des plateformes de “promotion”. Nous rentrons dans l’ambivalence : est ce que j’accepte de ne pas être “payé” pour faire ma promotion ?

Pouvoir de négociation et confiance:

La juste rémunération pour un artiste à l’ère digitale dépend de son pouvoir de négociation. Ce dernier est directement lié à son “attractivité”, sa capacité à etre unique, à développer un univers artistique fort, des chansons accrocheuses, un charisme magnétique, qui lui donnent une valeur unique et donc “marchande” et facilite ainsi le pouvoir de négociation pour la personne qui s’occupe de ses affaires – manager, avocat ou producteur indépendant.

Entre artiste et producteur s’établit une confiance dont la transparence est le garant. La transparence, c’est à dire la transparence dans les relevés de royalties du streaming, dans la juste répartition des avances et minima garantis par les services de streaming au producteurs. Le partage de la valeur donc…. Oui, la transparence est le garant de la confiance. En 2015, un modèle économique de rémunération des ayants droits ne peut être pérenne que s’il repose sur la transparence.

La question n’est pas comme les artistes me la pose souvent : “Puis je gagner ma vie à l’ère digitale si je ne suis ni David Guetta ni Taylor Swift ?” mais “Comment optimiser mes revenus et quel est le meilleur partenaire pour mon projet artistique ?”

Chaque jour des millions d’artistes uploadent leurs titres sur Soundcloud, des centaines de milliers sortent un EP ou un album sur les sites de streaming ou téléchargement. La compétition est très dure, extrèmement plus dure qu’avant. Dire le contraire serait mentir.

La juste rémunération pour un artiste c’est celle qu’il arrive à imposer dans ce marché complexe de la musique : un marché d’offre et non de demande.

Apple music : la reconquête.

missiles-nord-sud-

 

Comme annoncé sur ce blog le 21 mai https://danielfindikian.com/2015/05/21/musique-numerique-la-fin-des-invasions-barbares/ Apple a déclaré la guerre aux “barbares” et a placé ses ogives nucléaires en direction de Spotify, YouTube et Soundcloud.
Contrairement a beaucoup de commentateurs, je ne suis pas déçu par cette annonce d’arrivée sur le streaming.

J’en retiens trois choses :

LE FOYER NUMERIQUE et LE STREAMING COMME MARCHE DE MASSE
En lançant un abonnement “family pack” défiant toute concurrence – 15$ pour 6 accounts dans une meme famille – Tim Cook s’inscrit dans la vision de Steve jobs du ‘foyer numérique’ (cf l’excellente biographie écrite par Walter Isaacson)
Avec 500 millions de cartes de crédit en base et grace au “family pack”, Apple a toutes les armes pour faire de l’abonnement streaming un produit familial, un marché de masse.

HUMAN vs MACHINE ? RADIO AFTER ALL
Souvent abordé sur ce blog https://danielfindikian.com/2014/04/11/contre-la-tyrannie-du-choix-robots-vs-humains/ deux écoles pour recommander à l’internaute la musique : des algorithmes ou une équipe éditoriale.
Dans le combat stratégique pour la recommandation musicale que se livrent les plateformes de streaming, et face à la tyrannie du choix, Apple a choisi la recommandation humaine : “the most talented music experts from around the world, dedicated to creating the perfect playlists based on your preferences”
Mais, Tim Cook va plus loin en mettant la radio au centre du modèle “freemium” : il lance la radio Beats 1 avec une dose de “social” et débauche les meilleurs Djs ( Zane Lowe de Radio 1). Il remet donc la main sur la découverte et ses chars en direction de Sirius FM, Pandora et toutes les KCRW. Fort à parier que Beats 1 pourrait devenir incontournable, comme MTV au siècle dernier. A la différence près, que la distribution et la monétisation y sont désormais intégrées.
Une belle vidéo explicative :

 

 

UNE PLATEFORME GLOBALE
Apple music veut aller plus loin et devenir le “système d’exploitation de la musique” – l’iOs de la musique – en intégrant les videos ( un missile en direction de YouTube ) ainsi que “connect”( une ogive en direction de Soundcloud ) “artists can share lyrics, backstage photos, videos or even release their latest song directly to fans directly from their iPhone. Fans can comment on or like anything an artist has posted, and share it via Messages, Facebook, Twitter and email”.
Sur ce point, je suis un peu plus sceptique : tenter de rivaliser avec les outils qu’utilisent désormais des millions d’artistes du monde entier – de Soundcloud à Instagram en passant par Bandcamp- n’est pas une mince affaire.”Connect” aura t il autant de succès que PING ?

Apple music reprend donc la main et réaffirme son objectif : Etre le “système d’exploitation de la musique” et séduire 100 millions d’utilisateurs. Rendez-vous dans quelques mois pour analyser les premiers résultats.

Musique numérique : la fin des invasions barbares* ?

age-of11

20 Mai 2015 et 8 Juin 2015 : deux dates importantes dans l’histoire de la musique numérique ; l’attaque de Spotify contre les barbares (Google-YouTube) et la contre-attaque d’Apple pour regagner sa suprématie.

Hier, Spotify a annoncé l’élargissement de sa plateforme à la video grâce à de nombreux accords avec des producteurs de contenus ( ABC, NBC, TED et Vice, notamment ) ainsi qu’à la mise en ligne de clips musicaux et autres vidéos, se positionnant ainsi comme le concurrent de YouTube.
Lors de sa keynote du 8 juin, Apple annoncera le lancement de son service de streaming.
Ce dernier sera basé sur celui de Beats Music racheté il y a un an pour la somme de 3 milliards de dollars. Cette date est symbolique car elle marquera le passage définitif pour Apple du modèle de la possession, le ‘download’, à celui de l’accès, le ‘streaming’. Cette mutation des usages opérée depuis 2006 – 2007 ( en 2006 Google rachète YouTube et en 2007 Deezer naît sur les cendres de Blogmusik ) est devenue la norme.
Toutes les études le prouvent désormais. Le streaming, et particulièrement le streaming gratuit sur les 11-25 ans, est l’usage principal des consommateurs de musique : 57% des internautes écoutent de la musique via YouTube dans le monde.
Signe des temps, Warner Music a annoncé la semaine dernière être la première major générant des revenus du streaming supérieurs à ceux du téléchargement.
Malgré tout, ce n’est pas si simple car deux camps s’affrontent : le streaming gratuit VS le streaming payant. Deux modèles économiques différents s’opposent.

Pour replacer les événements en perspective, une rapide historiographie de la musique numérique telle que je l’ai vécue.

I) 1997 – 2003 Préhistoire et piraterie
1997 Création de Mp3.com par Michael Robertson.
1999 Shawn Fanning et Sean Parker lance Napster ( et rien ne sera plus jamais comme avant).
2000 Création de nombreux autres sites de P2P : Gnutella, AudioDonkey etc.
2001 Création du Digital Millenium Copyright Act ( DMCA ) aux Etats Unis. Création de Rhapsody. Procès Napster aux US. Fermeture de Napster.
Les majors s’unissent pour lancer deux sites de téléchargement : PressPlay ( Universal et Sony) et MusicNet ( Warner et EMI )
Début de l’Empire Apple : Lancement du gestionnaire de fichiers iTunes mais qui n’est pas encore un magasin.
II) 2003 – 2006 Expansion de l’Empire Apple
2003 Lancement d’iTunes Music Store. Fin de PressPlay et MusicNet.
2003 Essor du marché des sonneries mobiles
III) 2006 – 2012 Début des invasions barbares. Développement du Royaume Spotify
Les usages des consommateurs s’orientent vers le streaming.
2006 YouTube est racheté par Google. Début d’expansion de l’Empire Google, et du modèle gratuit.
2007 Blogmusik devient Deezer sur un modèle gratuit qui devient payant sous la pression des majors.
2008 Lancement de Spotify sur un modèle payant. Fin des DRM. Tentative d’Invasion de l’Empire Amazon sur un modèle de download.
2009 Début des accords avec les FAI pour des offres de streaming en bundle.
2012 Lancement de Google Play.
IV) 2012 – 2015 Expansion des invasions barbares. Déclin de l’Empire Apple. Fin du modèle de la possession et victoire du modèle de l’accès.
2013 Les revenus du download chutent de 8% dans le monde alors que le streaming augmente de +39%. Baisse des revenus d’iTunes Music Store dans le monde. 41 millions d’abonnés payants en streaming dans le monde dont 15 millions chez Spotify.
20 Mai : Contre attaque de Spotify sur YouTube
8 Juin 2015 : Tentative de reconquête d’Apple.

L’arrivée d’Apple sur le streaming va-t-elle marquer le début d’une nouvelle phase dans l’historiographie de la musique numérique et ainsi la fin des invasions barbares ?
Autrement dit, Apple réussira t-il à imposer le streaming payant comme modèle dominant pour reconquérir les territoires pris par Google (Youtube) afin de “monétiser” les consommateurs prêt à payer de nouveau pour la musique ?
Laissons neuf mois à Apple et Spotify pour écrire une nouvelle phase dans l’histoire de la distribution numérique de musique. Rendez-vous dans quelques mois sur ce blog pour la suite de cette historiographie de la musique numérique.

*J’utilise le mot “BARBARE” pour désigner l’empire Google et son armée ( YouTube), en référence au livre d’Alessandro Barrico, “Les Barbares, Essai sur la mutation” dans lequel l’auteur décrit l’effacement progressif d’une culture de type classique au profit de la modernité apportée par les nouvelles technologies. Il qualifie de “Barbares” ces nouveaux entrants. L’auteur s’interroge sur le concept d’expérience pour nous et pour ces nouveaux barbares. Je vous recommande cette lecture ( Merci Virginie) à la fois sérieuse et pleine d’humour.

Jeremy Rifkin. “The zero marginal cost society”

zero

J’ai une grande admiration pour Jeremy Rifkin.

Jeremy Rifkin est un économiste mais surtout un visionnaire.

J’ai découvert ce prospectiviste en 2000 avec la parution de son livre “L’âge de l’accès”. Un ouvrage fondateur ou Rifkin expliquait la transformation du modèle économique de la possession vers celui de l’accès. Sept ans avant tout le monde, il prédisait donc Spotify, Netflix et l’autolib.

Beaucoup d’autres de ses prédictions passées se sont révélées exactes comme par exemple celles de la fin de son livre “La fin du travail” paru en 1995 ou Rifkin explique les impacts de la technologie sur l’emploi et sur le monde de l’entreprise dans un monde où la croissance ne génère pas d’emploi (jobless growth).
En 2012, Rifkin sort de nouveau un ouvrage remarquable “La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde”. Il y critique la lente mort de nos économies, trop dépendante des énergies fossiles et propose des solutions pour une croissance durable. Selon Rifkin la troisième révolution industrielle “sera le fruit d’une synergie détonante entre les énergies renouvelables et les technologies internet, qui modifiera les modes de distribution de l’énergie au XXI eme siècle. Dans l’ère à venir, des millions de personnes produiront leur propre énergie verte à la maison, au bureau et à l’usine, et elles se la partageront via un système d'”internet de l’énergie” distribuée, tout comme on crée et partage aujourd’hui des informations en ligne.”

Avec la parution, il y a quelques mois, de “Zero marginal cost society”, en français “La Nouvelle Société du coût marginal zéro” c’est la fin du capitalisme que Rifkin prédit.
Comment ne pas être interpellé ?
Toujours très argumenté et documenté, Jeremy Rifkin nous explique qu’Internet ( The Internet of Things ) a quasiment fait disparaître les coûts de production (“le coût marginal”). Sans citer une nouvelle fois la musique, il suffit de citer le marché de l'”information” dans lequel désormais n’importe qui avec son téléphone portable et YouTube peut créer et diffuser un reportage, à coût ‘marginal’.
Demain, nous détaille Rifkin, cela va se passer pour l’énergie -on produira soi-même son électricité à partir de ses panneaux solaires- ou pour les biens manufacturés -que nous fabriquerons avec nos imprimantes 3D.
C’est l’avènement du Prosumer (Producer + Consumer).
Parallèlement, la prise de conscience des “Commons” ( “bien commun” ) et la propagation de la culture collaborative (Wikipédia, AirBnB ou BlaBlaCar) vont contribuer à remplacer, en partie, la culture du profit et de la propriété. La production ne coûtant plus rien, l’échange va t il se généraliser au point de remplacer le capitalisme ?
Rifkin ne prédit pas complètement la fin du capitalisme mais une cohabitation de l’économie traditionnelle et l’économie “sociale”.
Je vous invite à lire ces passionnantes 311 pages, mais si vous passez votre tour alors considérez ce post comme une fiche de lecture.

Transformation digitale ou conduite du changement ?

ISON

“Transformation digitale” : Ces deux mots sont souvent répétés comme un mantra dans les comités de direction, les directions marketing et commerciales, dans les cabinets de conseil, les entreprises de formation jusqu’aux médias qui en font un sujet à la mode.

Je n’ai pas l’intention de couvrir ce vaste sujet en un seul article mais seulement de vous faire part de mes réflexions, Et puisqu’un ami très cher, qui vit loin de ces préoccupations, m’a demandé de lui expliquer la “transformation digitale”, l’exercice valait de le partager.

Cette humble réflexion, est née tout d’abord de mon expérience de la transformation digitale dans l’industrie de la musique, de mes lectures sur le sujet mais aussi de nombreuses discussions avec des dirigeants de l’édition littéraire – suite à mon intervention aux Assises du Numérique de leur syndicat – et des dirigeants de start ups.

Alors, pour l’entreprise la “transformation digitale” c’est quoi ?
Cette expression est un vrai fourre tout. Deux mots “valises” : “transformation” désigne à peu près tout et “digital(e)” est un mot qu’on colle à toutes les sauces.

L’enjeu est de taille : Un rapport élaboré par le cabinet de conseil Mc Kinsey sur la “mutation numérique des entreprises” montre que l’augmentation brute potentielle du résultat opérationnel pour une entreprise qui réussit sa mutation numérique pourrait être de +40 %. Par contre, le risque de réduction du résultat opérationnel pour une entreprise qui ne parviendrait pas à s’adapter au numérique serait de -20%.

Il convient, dans un premiers temps, de le mettre au pluriel : Les transformations digitales.

Les transformations digitales touchent pratiquement tous les types de secteur d’activité car elle modifie des fondamentaux du business.

Première transformation, celle de la digitalisation et de la simplification des process. La mutation numérique est dans ce cas synonyme d’optimisation et réduction des couts. C’est la transformation la plus rapidement intégrée et comprise par les entreprises. D’autant mieux qu’elle est souvent pris en charge par le département informatique, plus connu désormais sous le nom d'”IT” et qui met en place les nouveaux outils technologiques.

Deuxième transformation, celle de la “donnée”, “data” en anglais. Un ensemble de données gigantesque, appellé “Big Data” ( de nombreux ouvrages si vous voulez creuser le sujet dont “Big Data” de Mayer-Schoneberger et Cuvier) qui, pour ne parler que de l’aspect économique, engendrent des opportunités et leviers de business énormes J’en veux pour preuve la puissance de ceux qui en ont fait leur coeur de métier : Google, Amazon, et Facebook.

Troisième transformation : celle du marketing, de l’e-promotion et l’e-reputation. Le contenu devient “digital” et “brand content”. La marque devient un média et le marketing des 4 P de l’histoire ancienne : Le marketing tel qu’on la connu est mort, il doit être remplacé mais cela mériterait un livre entier.

Quatrième transformation, celle du nouveau “parcours client” : on passe du commerce multi canal à omni-canal, transformant ainsi le marketing et la vente. Selon la meme étude Mc Kinsey les entreprises pourraient augmenter potentiellement leur résultat opérationnel de 12 % grâce au développement d’une expérience client omni-canal.

Cinquième transformation : celle de l’Innovation. Innover grâce au numérique, devient plus facile.L’innovation est meme moteur des écosystèmes numériques.L’innovation comme recherche constante de diversification. Des ouvrages comme “The Lean Startup” d’Eric Ries vous permettent d’en savoir plus si vous le souhaitez. La préoccupation centrale devient surtout, pour la survie de l’entreprise, d’appréhender la disruption intervenant dans le secteur. Aucun doute que les dirigeants de G7 savent très bien de quoi je parle….

Sixième transformation et – pour moi- la plus grande transformation : celle du consommateur. Le consommateur devient acteur, modifiant à tout jamais son rapport avec l’entreprise et les marques qu’elle représente. Sur les cendres du département marketing nait le département “consommateur”.
Complexe car au carrefour du commercial, marketing et de la technologie, les transformations numériques n’ont fait qu’accentuer le véritable changement de paradigme : le consommateur est désormais au centre du système.

transformation-is-no-longer-optional

Bien entendu les transformations numériques sont différentes selon les secteurs d’activité. Le secteur du tourisme, où près de la moitié des clients réservent leurs voyages en ligne, a ainsi déjà largement fait sa mutation digitale, doublé d’une transformation du modèle économique. Par exemple, les voyagistes ont dû repenser le rôle des agences physiques et le faire évoluer de la vente vers le conseil, tandis que les compagnies aériennes ont largement réintégré la vente en direct des billets d’avion.

Il existe une seconde catégorie d’entreprises : Les industries créatives du contenu. Pour ce secteur la transformation digitale, c’est aussi, en plus, la digitalisation du produit que l’entreprise commercialise.
C’est ce que j’ai connu dans l’industrie de la musique qui a été la première industrie à voir son produit “digitalisé”.
Même si la norme de compression et le format mp3 apparait en 1995, je situe le début de révolution numérique dans l’industrie de la musique à l’apparition du peer to peer – Napster notamment – en 1999.
Pendant plus de quinze ans, l’industrie de la musique a “subi” une double “transformation digitale” suivie dès 2008 d’une mutation des modèles économiques puisque qu’en cinq années, le “business model” de la musique enregistrée est passé de la “possession” à l”accès” Pour cette raison de sa trajectoire est intéressante. D’autres secteurs connaissent depuis cette triple mutation – la transformation numérique, celle du produit, celle du modèle économique – il s’agit de la presse, l’édition littéraire, le cinéma etc…mais je ne vais pas m’étendre car j’ai de nombreuses fois écrit à ce sujet sur ce blog.

Transformations numériques ou conduite du changement ?

INGSEYFS0074

Un décalage s’est créé entre l’adoption du numérique par les particuliers et celui des entreprises.

L’étude réalisée par Mc Kinsey, en analysant les composantes du PIB numérique, démontre que la France se classe au 4ème rang de l’échantillon de 13 pays au regard de la consommation privée, mais seulement au 9ème rang en matière d’investissement privé, ce qui suggère qu’en France le PIB numérique est tiré par les consommateurs. Les internautes français ont déjà largement adopté les nouveaux usages numériques alors que les entreprises sont en retard.

Pourquoi les entreprises ont elles pris du retard ?

-Des organisations en silos non adaptée, par nature, à la transformation numérique qui doit être transversale entre métiers et fonctions.
-Un manque de “talents” : Les entreprises rechigne a embauché des jeunes avec des compétences numériques.
-Un manque d’implication du top management dans les problématiques numériques.

Les grandes entreprises du siècle dernier se sont formées sur des fondamentaux qui ont atteints leurs limites : productivité individuelle, organisation en silos, management vertical et pyramide décisionnelle, verrouillage du marché par des brevets, spécialisation des profils etc.

Les transformations numériques sont souvent un chantier douloureux car les bénéfices ne sont pas tout de suite perçus, mais elle constituent une occasion unique d’enclencher un cercle vertueux en réinvestissant, à terme, les gains de productivité pour améliorer l’offre consommateur et donc accroitre l’avantage concurrentiel.

La conduite du changement est le sujet, les transformations digitales ne sont que le paysage.

La conduite du changement passe par un changement de culture de l’entreprise, largement alimentée par l’evolution des pratiques et méthodes de travail entre collaborateurs.

La résistance au changement est naturelle, surtout quand on annonce des vérités qui donnent le vertige – 60% des jobs de 2025 n ‘existent pas encore – mais la conduite du changement est un préalable nécessaire si les entreprises veulent survivre.
Avant d’être attaquées fortement par des acteurs fortement disruptifs, les entreprises doivent avoir le courage d’adopter des pratiques plus agiles.

terre+soleil1

La conduite du changement est un impératif urgent pour la survie des entreprises pour leurs marges mais aussi, et surtout, pour leurs hommes.

 

Découverte musicale ou tyrannie du choix ? More is Less.

une-journee-en-discotheque,M115672

Le choix illimité et la découverte de musique sont-ils compatibles ?

Depuis l’avènement du numérique, l’histoire de l’industrie de la musique est jalonnée de dates importantes : 2001, le procès Napster; 2003, le lancement d’iTunes; 2007, Blogmusik puis Deezer; 2008, le lancement de Spotify.
2014 marquera l’année de la consécration du streaming mais aussi de ses paradoxes.

Pour les fanatiques de musique, le streaming, c’est la “terre promise”. Ce qu’on pouvait rêver de mieux dans nos rêves les plus fous. C’est la caverne d’Alibaba, comme rentrer dans une confiserie et tout dévorer, sans limite.

Mais pour les “non fanatiques”, juste les gens “normaux” ?

Les services de streaming donnent accès à l'”illimité”. Mais, ces derniers sont face à un paradoxe. Devant trop de choix, la passivité s’installe voir l’angoisse. Plus le choix augmente et plus la satisfaction baisse. Dans son ouvrage “Le paradoxe du choix” le psychologue américain Barry Schwartz explique – avec talent- que le choix ne nous rend pas plus libres mais plus paralysés, pas plus heureux mais plus insatisfaits.

La plupart des “consommateurs” de musique n’ont pas le soucis de la “découverte”. Seuls professionnels s’en persuadent.
Si on exclut les personnes qui consomment la musique comme une addiction -comme moi- la plupart des gens veulent juste “écouter de la musique”. Pour cette raison, la radio reste un média puissant. C’est d’ailleurs ce que révèle la dernière étude conduite par MELTY pour mesurer les pratiques du streaming auprès des jeunes : Si les sites de streaming sont le vecteur de découvertes musicales pour 48% des meltynautes interrogés, la radio et la télévision restent des médias très influents, cités à hauteur de 50% et 39% respectivement.

Alors, que faut-il pour que le consommateur ne soit pas angoissé en arrivant sur une plateforme de musique face à 30 millions de titres ?
Il faut un “filtre”, un “curator”, un “guide”. Algorithme ou recommandation humaine, on en revient au rôle premier des médias dit “spécialisés” et du bon vieux “disquaire”, ce copain qui guidait mes choix quand j’étais adolescent.
C’est finalement l’imprévu et la surprise qui nous donne le plus de plaisir. Et ceci dans de nombreux domaines, comme le démontre Renata Salecl dans “la Tyrannie du Choix” dont je vous recommande la lecture.

Pour les services de streaming “LE PARADOXE DU CHOIX” c’est que MORE IS LESS.