Mon label

Monter mon label était un rêve que je caressais depuis longtemps mais c’est la découverte des 3 GUYS NEVER IN, lauréats du concours CQFD les INROCKS en 2003 qui m’a donné l’énergie pour passer à l’action et fonder mon label : les disques de l’Artisan avec la seule volonté produire des beaux albums, de la musique que j’aimerai écouter chez moi. J’ai donc produit le premier album de ces trois jeunes avec un talent incroyable, avec des influences aussi variées qu’élégantes : The Smiths, Lee Hazlewood, The Kinks… Leur  album éponyme à écouter sur Spotify :

 

Puis, le groupe s’est séparé et j’ai continué à travailler avec le leader-chanteur et auteur / compositeur de tous les titres, Marc Morvan. En 2009 sortait “Udolpho”, l’album de Marc et son équipier Ben Jarry, un des albums qui m’a le plus ému. Ecoutez plutôt :

Sortie en Octobre 2014, le nouvel EP de Marc Morvan & Ben Jarry s’intitule “Ophelia” et regroupe de belles mélodies sur des textes de Shakespeare.

J’ai aussi travaillé avec d’autres artistes parmi lesquels un songwriter et interprète d’un immense talent Emmanuel Tellier, qui, avec son groupe LA GUARDIA avait écrit et composé un album époustouflant, “Quinacridone Rose” :

En 2015, Marc Morvan m’a fait la surprise de me révéler qu’il était prêt à sorti un nouvel album. Il m’a fait écouter ces maquettes et je suis tombé amoureux de ces nouvelles chansons.

J’ai produit ce nouvel album “The Offshore Pirate”. Il sortira en Décembre 2016.

Voici un premier extrait : heart of stone

Et l’auteur Marc Morvan de déclarer :

« The Offshore Pirate est le témoin onirique d’une époque où les possibles semblent désormais suspendus à l’action d’hommes de bonne volonté. Face au chaos du monde, certains s’enferment et n’en veulent plus rien apprendre, d’autres au contraire se regroupent et s’engagent. Puis il y a les rêveurs, catégorie à laquelle – il me faut bien l’admettre – je dois appartenir. A ma mesure, j’ai voulu croire encore qu’une mélodie au dessin harmonique solide, offrirait un rempart contre l’absurdité, ainsi qu’un peu d’espoir en ces heures inquiétantes. Si Benjamin Jarry semble absent du « générique », il a néanmoins servi ces nouvelles chansons avec toute l’inventivité sonore qui le caractérise. Quant à leur mise en relief, elle a été confiée à l’expertise passionnée de Nicolas Brusq , qui nous accompagne également sur scène. D’autres (tout aussi passionnés) musiciens, graphistes et photographes, producteurs, ont œuvré sur ce disque, mais nous en parlerons plus tard. Pour l’heure je vous invite à appareiller sur un trois-pont d’un siècle imaginaire, à vous repérer en regardant le ciel, le nez dans les étoiles. Ici c’est une mer inconnue aux eaux pourpres, faussement calmes. Plus loin c’est Venise engloutie, une société ensevelie ou l’art des hommes faisait merveille… »

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s